Balade dans Montpellier...

Une cité entre tradition et modernité

 

 

La rêveuse de Pierre-Auguste Renoir, 1879. Saint Louis Art Museum.

Plaquette fournie aux visiteurs du musée Fabre pendant la période de l'exposition.

 

  

page 2 : l'exposition Franco-américaine sur l'impressionnisme

 

 

 

Sous le titre « L'impressionnisme de France et d'Amérique », le musée Fabre expose du 9 juin au 9 septembre 2007 :

80 tableaux des plus grands artistes impressionnistes : Monet, Renoir, Degas, Sisley, Pissarro et Manet réunis grâce à la collaboration de 24 musées français et américains.

 

 

Ci-contre, le verso de la carte postale émise à cette occasion (voir ci-dessous) donnant le plan d'accès du musée Fabre.

 

 

 « La France, au début des années 1880 traverse des crises économique et financière répétées qui paralyse également le marché de l’art. Les marchands français se voient contraints de trouver de nouveaux débouchés en Europe ou au-delà. Au lendemain de la guerre de Sécession la jeune Amérique connaît un développement industriel soutenu et représente un marché potentiel non négligeable. Les pratiques des nouvelles compagnies de chemin de fer et de la grande production prospectent et achètent de la peinture française avec un goût marqué pour la « grande » peinture . Ils sont globalement moins réticents que les Français à l’art impressionniste. A leurs yeux, ce genre s’inscrit dans la continuité logique de la mouvance de l'histoire de l’art. »

 

    

Dimanche 10 juillet 2007. Nous ne résistons pas davantage à la publicité que fait le musée Fabre autour de son exposition temporaire sur l’Impressionnisme de France et d'Amérique. Des tableaux de tous les musées de France et, bien entendu, des Etats Unis sont réunis pour la première fois à Montpellier. Au total, quatre vingt chefs d’œuvre : des Monet, Pissarro, Renoir, Degas, Sisley etc...

 

  

 Le hall d'entrée aux couleurs bien marquées décoré de la Portée.

 

 

 

(En survolé, le verso des billets)

Nous prenons nos billets d'entrée à l'exposition impressionniste. Ces billets nous seront demandés à deux reprises, pour visiter les impressionistes et pour visiter les autres salles du musée. Assez curieusement, pour une même famille de trois adultes et deux enfants, dont un de 5 ans, nous payons un billet famille et un billet adulte « Pass' Agglo » car nous disposions de la carte « Agglo » donnant droit à une réduction (légère) du prix.

 

 Pissarro Camille : La maison de Piette à Montfoucault, 1874.

 

 Chemin creux. Louveciennes, 1871.

 

 Sysley Alfred : la courbe de la Seine à Saint Cloud, 1899.

 

 Jean-François Raffaelli : L'hôtel de ville de Paris, 1890.

 

Nous adressons un ultime regard aux œuvres impressionnistes franco-américaines, et rejoignons le grand hall. Pour visiter les autres salles du musée et revoir les tableaux et sculptures qu'il recèle, nous présentons nos billets d'entrée au factotum qui les contrôle à l'aide d'un instrument électronique. Après quoi, il nous permet d'accéder à l’atrium Richier, particulièrement vide ce jour-là (la curieuse sculpture vue lors de l'inauguration du musée a été enlevée). Au cours de nos pérégrinations, nous redécouvrons la grande toile exposée dans un recoin de l'escalier menant au dernier étage, celui dédié aux salles Soulages. Il s'agit des « Prisonnières huguenotes à la tour de Constance d'Aigues Mortes », un tableau de Michel Maximilien Leenhart (voir ci-dessous).

 

 

 

 Ayant effectué un tour d'horizon complet nous quittons à regret, mais comblés, ce lieu de culture et de beauté
car le temps a passé et il se fait assez tard. Nous prenons cependant le temps...

 

 

 ... pour un dernier cliché de la vaste allée qui, du musée Fabre, conduit à l'Esplanade.

 

 

Place de la Comédie. Depuis la rampe qui surplombe les rails du tramway,
nous apercevons une sorte de peinture qui, de loin, fait penser immédiatement à...

 

 

... un futur Soulages ? Pas mal du tout ce tag !

 

  

 

  retour à
  l'accueil

 

  page
 précédente

 

Nous empruntons ensuite les escaliers qui mènent aux parkings souterrains où nous retrouvons la publicité de « l'Impressionnisme de France et d'Amérique ».

 

 

 

 

 fin de la visite.