Vous écoutez l'hymne salésien interprété en espagnol

Retour à la JUDB

 

 

 

Don Bosco, le dévot de Marie Auxiliatrice

 

Je n'avais pas encore mes 8 ans en cet été de 1946 quand je regardais, les yeux écarquillés, le bel album dessiné par Jijé (de son vrai nom Joseph Gillain) dont le titre "Don Bosco ami des jeunes" me paraissait si juste et tellement vrai. Il était exposé derrière la devanture vitrée de l'échoppe de la rue du Général Nansouty que j'empruntais chaque jour pour me rendre au patronage Don Bosco. Le patro était dirigé par les pères Salésiens qui assuraient le catéchisme mais également passaient des films et organisaient pour Pâques des pièces de théâtre sur la passion de Jésus où j'avais un petit rôle, celui d'un hallebardier dans la scène du paralytique.

À la messe qui se déroulait à la chapelle et qui suivait la projection du film, ce jour-là c’était un de ces "Tarzan" dont l’interprète était l'inoubliable Johnny Weissmüller, l’abbé Bill m’interroge devant toute l’assemblée, me demandant combien de vies avaient Tarzan. À l'annonce de mon nom, je me lève et, tout intimidé, je reste sans voix, les bras ballants. Je savais bien que la réponse qu'il attendait de moi était "Tarzan dispose de deux vies, l’une terrestre et l’autre au ciel" mais j’étais comme paralysé. C'est à cet instant qu’un de mes petits camarades qui se trouvait derrière moi me souffle : "une seule vie". Catastrophe ! Je reprends à mon compte, tout haut, cette affirmation.

Je me souviendrai toujours de l’expression du visage de l’abbé Bill. Une déception sans borne s’y lisait. J'espère que là où il se trouve maintenant, au ciel près du Bon Dieu, il m’aura pardonné de m’être laissé impressionné par mon camarade de catéchisme.

 

 

 

 

La statue
de Don Bosco accompagné
d'un
jeune garçon.

 

La chapelle du patro

La statue de Don Bosco se trouve au fond et à gauche de la chapelle.

 

 Les Spartiates, l'équipe de basket du patro, devant la grotte de la Vierge

 

 

Les matchs contre la Joyeuse Union de Don Bosco de la Marine étaient d'une très grande intensité. Les deux équipes étant de force égale, pour obtenir la victoire, les Spartiates se préparaient spirituellement avant chaque match par une communion au cours d'une messe dite dans la chapelle du patro. En 1946-49, la grotte était protégée par une grille métallique. En médaillon, à droite, il me semble reconnaître M. Joseph que j'ai connu quelques années plus tard.

En costume sombre, l'entraîneur de l'équipe, M. François Garrido.

 

Représentation de la Passion pour Pâques au théâtre-cinéma du patro

À droite de la photo, sur le devant de la scène, la cage du souffleur.

C'est Jean Lefèvre qui joue le rôle du Christ.

 

 

 

Mon frère Raymond et moi, Francis, au patro

Au fond de la cour (photo ci-dessous à gauche), se trouve la salle de cinéma et de théâtre où l'on jouait la Passion pour Pâques (on aperçoit le fronton au dessus du feuillage). Les enfants avaient aussi leur représentation où j'avais un rôle de hallebardier dans le tableau du paralytique. Les parents des enfants assistaient le plus souvent aux représentations.

 

Je suis de face tout en haut du tourniquet m'agrippant à l'un de ses tirants. Mon frère Raymond, de dos, est assis sur la planche du tourniquet et tend le bras.

 

Le tourniquet du patro

On voit sur la photographie de gauche, l'ombre du mât du tourniquet. Au fond, les enfants jouent au basket. Les deux photos sont de 1948. Mon frère cadet Raymond et moi posons pour l'abbé Bill et un laïc, M. Joseph. J'ai rencontré ce dernier à la Cité Petit en 1950 alors qu'il avait obtenu sa prêtrise. À mon interrogation, il m'a appris le décès de l'abbé Bill survenu alors qu'il n'avait pas encore 40 ans.

C'est là, devant le tourniquet, que l'abbé Bill et M. Joseph m'ont fait passer l'examen de ma première communion le 25 décembre 1948. M. Joseph m'a remis une image pieuse représentant Jésus adolescent. Il l'a dédicacée au verso.

 

Petit historique de Jésus Adolescent

à Eckmühl - Oran (Algérie)

En janvier 1893, les Salésiens ouvrent à Eckmühl, un orphelinat avec école professionnelle et école secondaire. Ils y ajoutent un noviciat pour la formation des jeunes recrues salésiennes.

Le 25 avril 1893 a lieu l'inauguration officielle de l'Oratoire de Jésus Adolescent. Les sœurs de Marie-Auxiliatrice s'occupent de la cuisine et de la lingerie à Jésus Adolescent.

Après 1905, elles quittent la villa Descours qu'elles habitaient et qui est séparée de l'Oratoire par la rue Driant. Une chapelle est construite sur le terrain attenant.

Elle est inaugurée le 24 mai 1908.

 

La cour du patro de Don Bosco d'Eckmühl

Comme on peut le voir sur le cliché précédent, il y avait une dénivellation d'une ou deux marches entre l'entrée comportant la grotte, le tourniquet, la chapelle ainsi que les habitations, et la cour.

À gauche sur la photo ci-dessus, un large passage qui longeait le mur d'enceinte conduisait à la chapelle. Le portail d'entrée du patro se trouvait à quelques mètres au-devant du tourniquet et tout de suite à gauche, la grotte de la Vierge protégée par une grille métallique nous conviait à une fervente prière après avoir touché, à travers les barreaux de la grille, une pierre noire. Vraisemblablement, une pierre de la grotte de Lourdes.